Nid et Tête

Fer et plâtre - 2009

Cette œuvre est constituée de deux éléments, un nid, réalisé par assemblage de tiges en fer issus de la destruction de bétons armés et une tête, réplique des moulages pratiqués par les chercheurs en phrénologie sur les suppliciés de la guillotine du XIXe siècle.

Cette œuvre est une uchronie, c’est une rencontre entre deux mythes. L’un issu de la mythologie antique est un thème récurrent dans l’histoire de la peinture : Méduse. L’autre issu de l’ère industriel a surtout hanté la littérature : la guillotine. L’une et l’autre se fond écho à travers les siècles, tant par la terreur et l’effroi qu’elles procurent mais aussi par les phantasmes et leur forte imprégnation dans l’imaginaire sexuel contemporain.

Les yeux grands ouverts de Méduse, entourés de serpents, sont un puit sans fond, ouvert sur l’origine et la fin de l’homme. C’est cette vision vertigineuse des extrémités de la vie qui pétrifie. Lorsque la tête, libérée, retombe dans les linges, elle redevient œuf. Le trou de la vie et le trou de la mort, la beauté et l’effroi, le nid et le cloaque, s’unissent dans la nuit soudaine.