Fable

Peinture dont le principe est de représenter un squelette de grand quadrupède en situation bipède. Si un vrai cerf pouvait se lever comme un homme, il ferait cette taille, une telle rencontre changerait probablement notre relation à l’animal ! Il s’agit en quelque sorte d’un anthropomorphisme désincarné (ou décharné), une image onirique s’inspirant d’un imaginaire symbolique, rêve du début d’un soulèvement de l’immense armée des animaux morts sous la main de l’homme? Notre société est en train de repenser son rapport à l’animal. La figure du cerf soulève les rapports ambivalents que nous entretenons avec la puissance et la fascination…

acrylique sur toile, 180×300 cm, 2012